Découvrez notre modèle de revues d’objectifs clé en main pour optimiser vos performances.

QVT

4 manières de réussir la gestion des échecs en entreprise

Moins d'une minute

La gestion des échecs en entreprise est encore un sujet compliqué aujourd’hui. Pourtant, le droit à l’erreur en entreprise est puissant levier de réussite. Et les bienfaits de reconnaître aux collaborateurs le droit d’essayer, d’oser et d’échouer son nombreux.

Lorsque l’erreur est permise, le niveau de stress des salariés diminue. De plus, la créativité s’exprime plus librement. Le bien-être au travail est ainsi amélioré.

Par ailleurs, au niveau de l’entreprise : les équipes évoluent dans un univers de partage des résultats d’expérimentations ratées comme réussies. Ainsi, une meilleure convivialité se développe. Et les collaborateurs montent plus vite en compétences.

Résultat : l’intelligence collective s’exprime pleinement et la capacité d’innovation s’accélère.

Découvrez en vidéo les 4 conseils sur la gestion des échecs en entreprise de Charles de Fréminville, CEO et co-fondateur de Bloom at Work. Il y partage les meilleures pratiques pour oser se lancer personnellement, en équipe, ou avec toute son entreprise.

 

Dans son talk, Charles de Fréminville précise que les erreurs peuvent avoir différentes causes (erreur volontaire, d’inadvertance, due au process, anticipée, ou exploratoire…). Il faut distinguer les erreurs acceptables de celles qui ne le sont pas : pour que le droit à l’erreur fonctionne en entreprise, il est important d’expliciter les règles du jeu à tous les collaborateurs.

En particulier, en référence au mantra « Fail Fast » de certaines sociétés, Charles de Fréminville rappelle que « Rater vite c’est bien, rater bien c’est mieux ».

 

échecs en entreprise : découvrez le kit sur le droit à l'erreur pour vous lancer

 

 
Articles similaires
QVT
Enquête QVT : télétravail et expérience collaborateur
QVT
La QVT : bullshit ou pas ?
QVT
Enquête qualité de vie au travail : pourquoi choisir Bloom at Work
QVT
Comment évaluer les risques psychosociaux de votre entreprise ?